AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Retenue intense - Aliera
Maraudeurs en Folie!
Le forum a déménagé: http://themaraudersbook.forumgratuit.org/



 
Le forum à déménager !  Rejoignez nous sur:
http://themaraudersbook.forumgratuit.org/

Partagez | 
 

 Retenue intense - Aliera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Severus Rogue
Serpentard/Professeur
avatar

Messages : 682
Date d'inscription : 06/01/2011

Votre sorcier
Année d'étude: 6eme année
Age: 16 ans
Vos liens:

MessageSujet: Retenue intense - Aliera   Dim 10 Juin - 21:23

Dès les premières dizaines de minutes de cours de potion le professeur s’était vu mettre en retenue la jeune Aliera Bizard. Une retenue qu’il avait amèrement regretté de lui avoir mis à présent. Il avait d’ailleurs laisser écoulé près d’une vingtaine de jour avant d’envoyer un hibou à la jeune étudiante pour lui donner l’heure et le jour de cette fameuse retenue. Non, il ne l’avait pas oublier, le Professeur était un homme bien trop fier pour lancer ce genre de remarque en l’air et puis surtout la dernière entrevue qu’il avait eu un soir avec Lucius avait fini par attisé l’envie de la voir en tête à tête. Il y avait des choses qu’il devait mettre au clair avec elle, elle était décédé dans sa vie à lui, il y avait trop de réponse qu’il n’avait jamais pu obtenir à cause de ce décès. Lucius était venu la nuit précédente lui demander de l’aide, il était dans un état lamentable et il avait appris qu’Aliera avait tout simplement essayé d’enrôler l’étudiant chez les Mangemorts. Une révélation qu’il eut à peine le temps de vraiment digéré car durant cette nuit c’était surtout de son ami qu’il devait s’occuper. Enfin, s’il pouvait réellement appeler ça un ami, mais Severus n’avait pas eu le courage ou la force de le laisser seul dans ce pétrin, il espérait d’ailleurs pouvoir changer les choses.

Il avait à peine dormi, il s’était tourné et retourné encore et encore dans son lit. Savoir que l’adolescente était du côté du Lord avait été une véritable claque, un coup de couteau de plus dans son cœur déjà bien meurtri par son absence et sa trahison. Il s’inquiétait pour beaucoup de chose et avant tout pour Némésis, il ne souhaitait pas voir sa fille prendre le même chemin que sa mère et il connaissait que trop bien le prix à payer pour travailler au côté de Voldemort, les promesses que cet homme pouvait faire coûtait un prix ! A présent dans son bureau, il était tourné vers la fenêtre ouverte de celui-ci, il observait l’horizon du parc, de la forêt interdite. Le soleil était encore bien là, caché derrière d’épais nuage sombre, les chaleurs de ses derniers jours laissait place à quelques orage et la forêt prenait lentement mais surement les teintes de l’automne qui approchait pas à pas. Comment allait-il réagir en la voyant ? Il avait tant de rage en lui, tant de colère, cette retenue n’était qu’un prétexte au fond pour pouvoir lui parler, il ne s’était jamais montrer violent avec elle durant son adolescence et ce jusqu’à son décès prématuré mais aujourd’hui…Il ignorait si aujourd’hui il serait capable d’être aussi calme et patient qu’il ne l’était à l’époque.

Lorsqu’elle arriva, le directeur de Serpentard ne quitta pas sa place, la porte se refermant automatiquement derrière l’élève, il continuait d’observer le parc et plus précisément la roseraie. Cet endroit qu’il évitait à présent comme la peste mais qu’il avait pourtant comme vue principale. Il fixait les lieux, se laissant aller à des souvenirs plus doux mais qui ravivait un peu plus encore le feu de colère en lui ! Il inspirait, expirait lentement, laissant le silence mettre le mal aise à son comble et lorsqu’enfin il trouva le courage de se retourner…Il fit face à Aliera, le visage froid, de marbre, la regardant de haut. Que pouvait-il bien lui dire ? Garder l’image du professeur ? Lui faire un véritable travail ingrat comme à son habitude durant ses retenues ? Ou tout mettre à plat une bonne fois pour toute ? Severus se sentait malgré tout faiblir devant elle, le courage n’avait jamais été une caractéristique des Serpentards et puis surtout, qu’en serait-il de Némésis à la fin de cette histoire ? Il avait déjà bien trop l’impression de la perdre de jour en jour, elle lui filait doucement entre les doigts et quelque part, l’homme souhaitait garder un maximum ce qui restait d’affection en elle pour lui, même si c’était minime.


« Il y a une série de potion non étiqueté dans cette caisse, je suppose qu’il ne te sera pas difficile de reconnaitre les potions, de les étiqueté et de les ranger ensuite dans l’armoire juste en face… »

Il avait été cyniquement lorsqu’il avait émis sa "supposition". Il savait à quel point la jeune fille avait toujours eu du mal à admettre que Severus était beaucoup plus doué qu’elle en potion et le Professeur d’aujourd’hui ne se gênait pas pour le lui faire savoir. La caisse était pleine de fiole de toutes les couleurs, de tous les aspects, toutes fermées soigneusement, elles étaient à manipuler avec précaution. Aucune d’elle n’était étiquetée et l’exercice était beaucoup plus difficile qu’il n’y paraissait. Certainement potion se différenciait à peine au niveau des couleurs et de l’aspect, cela demandait un soin tout particulier et il n’y avait bien qu’un homme comme Severus Rogue pour reconnaitre une potion et son utilité rien qu’à la vue ou au parfum de celle-ci.

« Accio Baguette »

Dit-il en pointant sa propre baguette vers Aliera. La tige de bois se posa dans la main du Professeur, il n’était pas question pour Aliera de s’aider de la magie pour cette retenue, il enferma la dites baguette dans un tiroir de son bureau. Observant la jeune fille qui n’était toujours pas en train de s’afféré, le professeur rajoute d’un ton amer.

« Tu attends quoi ? Ça ne va pas se faire tout seul… »

_________________
Beyond My Control
If you could envision. The meaning of a tragedy. You might be surprised to hear it's you and me. Have ourselves another fight. And I will make sure to keep my distance. Say "I love you" and you're not listening. How long can we keep this up, up, up? I've given everything i am. All my broken heart beats. Until I know you can understand. what? what might you do? to find out why. i can't love you. i... can't... love... you...anymore ©️Tumblr


Dernière édition par Severus Rogue le Mar 3 Juil - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destiny
Votre destin est entre mes mains
avatar

Messages : 333
Date d'inscription : 27/01/2011

MessageSujet: Re: Retenue intense - Aliera   Dim 10 Juin - 21:26

Gain d'indice.


    Félicitation,

    Severus Rogue a actuellement débloqué un indice.

    Peu avant la retenue avec votre élève, Lucius Malefoy est venu vous voir dans votre bureau, paniqué. Celui-ci venait d’échapper à deux élèves qui tentèrent de le recruter pour les forces du mal.
    Bien qu'il refusa de donner le nom du second élève, il finit par avouer au professeur qu'Aliera Bizard était à la tete de ce petit manège. Qu'à présent, Lucius craignait pour sa vie, suite aux menaces de la jeune femme.



    Destiny

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destiny
Votre destin est entre mes mains
avatar

Messages : 333
Date d'inscription : 27/01/2011

MessageSujet: Re: Retenue intense - Aliera   Dim 10 Juin - 21:27

Gain d'indice.


    Félicitation,

    Aliera Bizard a actuellement débloqué un indice.

    Au cours de ce RP, vous apprendrez votre mort.




    Destiny

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destiny
Votre destin est entre mes mains
avatar

Messages : 333
Date d'inscription : 27/01/2011

MessageSujet: Re: Retenue intense - Aliera   Dim 10 Juin - 21:28

Gain d'indice.


    Félicitation,

    Severus Rogue a actuellement débloqué un indice.

    Au cours de ce RP, vous apprendrez que Thomas E. Prince est l'étudiant qui manipule Aliera Bizard.



    Destiny

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aliera Bizard
Serpentard

avatar
Serpentard

Messages : 1876
Date d'inscription : 06/01/2011
Localisation : Sur un nuage de Poudre de Lutin

Votre sorcier
Année d'étude: 7eme année
Age: 17 ans
Vos liens:

MessageSujet: Re: Retenue intense - Aliera   Dim 8 Juil - 3:33

    Cette lettre, ce hibou, je ne l’attendais plus, pensant peut être naïvement que le professeur de potion m’avait oublié, zappé de sa vie. Qu’il m’oublie m’arrangeait à merveille. Je ne voulais pas subir les reproches de celui-ci sur les effets néfastes que je pouvais avoir sur sa si précieuse petite fille. A vrai dire, cette enfant n’avait rien de particulier. Certes, elle avait hérité d’une certaine beauté, mais trop farouche et sage à mes yeux, elle avait rapidement perdue de sa valeur. Comment avais-je pu avoir un enfant si… si… enfin, vous voyez quoi, si peu dévergondé ! Qu’avait-elle à voir avec moi si ce n’était cette ressemble flagrante et son pouvoir de métamorphe ? Rien, du moins à mes yeux. Elle n’avait rien de passionnant, bien trop triste et fade. J’avais beau l’observée je me demandais si un jour, elle allait sortir de sa coquille et exploser. Elle cherchait à se jouée des autres, mais il lui manquait quelque chose. Elle pouvait s’amuser des caractères des autres, élancer des jeunes hommes autant qu’elle le souhaitait, il lui manquait toujours quelque chose : le talent. Le talent de faire ces choses naturellement, le talent de se faire remarquer juste en entrant dans une pièce. Certes, elle attirait quelques regards, mais soyons sérieux, je la détrônais juste en faisant une petite moue. Je ne savais pourquoi je ne la trouvais si peu intéressante. Sur le coup, lorsque Severus m’avait interdite de m’approchée d’elle il l’avait rendue passionnante. Peut être que je m’attendais à voir en elle plus de moi que de lui… Où peut être que j’attendais plus de cela de ce qui était ma progéniture. Comme déçue j’avais abandonnée l’idée d’etre juste son amie. A vrai dire, je commençais à me dire que cette demoiselle avait réellement besoin de leçon de charme. Certes elle avait le béguin pour Dimitri, mais… qui avait réellement le béguin pour lui ? Sexuellement parlant il était intéressant, mais rien de plus. De plus, il était plutôt long à la détente, comprendre que je ne l’aimais pas lui avait pris du temps et encore… Il devait surement toujours nourrir des espoirs.

    Ce matin là, alors que j’étais plongée dans mes pensées à propos de ma progéniture, je prenais mon petit déjeuner sans qu’il n’y ait de réel dérangement à celui-ci. Severus junior était tranquillement installé devant moi à lire un livre qu’il avait trouvé dans la bibliothèque. Il devait surement étudier des potions où philtre qu’il n’avait pas encore vu. Tournant ses pages en pleine concentration, moi je me contentais de l’observé, tête dans la main. Rêvassant à nos nuits d’amants et nos baisers passionné échangé entre chaque cours dans les recoins de l’école. Certes, depuis ce fameux événement nous avions reprit une vie des plus normales. Sans disputes, sans pressions. L’on faisait toujours nos travaux ensembles, la plupart du temps nous étions assis l’un à cotés de l’autre et je passais le début de mes soirées en compagnies de mes sœurs.
    Rien de bien passionnant en soit. Portant ma tasse à mes lèvres rouges pulpeuses, je me rendis compte avec désarroi que cette dite tasse était déjà vide. Comment avais-je fais pour déjà boire trois tasses à café ? Intriguée, je retournai la tasse pour m’assurée qu’il n’y avait aucun trou en dessous. Mais comme je m’y attendais, la tasse était parfaite. Lorsque je me resservis en café et déposa la dite tasse devant moi, retournant dans mes rêveries. Quand enfin je su que la boisson n’était plus si chaude, je retendis la main vers la tasse, mais ce ne fut sans compter sur Severus qui avait attiré la tasse vers lui, m’empêchant alors de continuer de boire. Soupirant, je savais que je ne gagnerai pas cette bataille, m’affalant donc sur ma chaise jusqu’à ce qu’il lève les yeux en ma direction et m’incite à manger quelque chose. Ce fut au moment que je craquai dans une tartine de pain beurrée qu’un hibou fit atterrir devant moi une enveloppe fermée. Mon nom y était inscrit. Le soupire qui sortit par la suite de mes lèvres était plus un soupir d’agonie. Pas besoin d’ouvrir ce courrier pour savoir qui me l’avait envoyé !
    Je pouvais reconnaitre cette écriture parmi des millions d’autres, c’était l’écriture de mon Tobias, de la personne pour qui mon palpitant se languissait chaque jour d’amours. Quand j’us finis ma dite tartine beurrée, j’ouvris la lettre pour y retrouver le lieu et l’heure de ma punition. Mes deux heures allaient se dérouler un samedi soir…. De quoi tuer mon weekend ! Quel sadique ! Il savait que j’aimais m’amuser le soir, boire jusqu’à en perdre la tête, danser et jouer de la musique en compagnie de mes quelques ami(e)s. pourtant je savais que je n’avais pas réellement le droit d’avorter cette rencontre. Ma journée était foutue. Je n’avais pas boudée le Severus de mon époque. Après il n’y était pour rien, n’est-ce pas ? Dans le doute j’avais lancé un regard à celui-ci qui continuait de lire, innocent, face à moi. Non, il était bien trop innocent pour être à l’origine de cette lettre.

    Le petit déjeuner avait finit par se terminer. Nous avions passés une partie de la journée à la bibliothèque jusqu’à ce qu’Aileen nous rejoigne. Avec celle-ci nous avions passés un petit moment à pouffer de rire, dérangeant mon Serpentard qui essayait d’étudier et nous attisant le regard sévère de la bibliothécaire. Décidément, l’on ne pouvait plus s’amuser ici !
    Après le déjeuner, je l’avais abandonné à ses études, non sans l’avoir fougueusement embrassé, lui faisant alors comprendre que ce soir, après ma retenue bien évidement, nous aurions un petit moment d’amusement à deux. Après tout, n’avait-il pas du temps a rattrapé entre mes cuises ?
    Passant le reste de la journée en compagnie de mes deux sœurs, l’on avait reprit possession de notre territoire dans la foret interdite : les ruines. Fumant joyeusement, chantonnant et imitant les stars que nous deviendront, nous avions passé une après midi loin de tous nos soucis, comme l’aurait fait de réelle sœur, des sœurs liées par le sang.

    Vint alors trop rapidement à mon gout le temps de me rendre au bureau du professeur de potion. Bien évidement, ce ne fut pas sans un passage à la salle commune pour me changer et enfiler une tenue plus adéquate. L’on était le weekend, rien ne me forçait à respecter le règlement des tenues vestimentaires de cours. Enfilant une jupe plissée presque identique à celle de l’uniforme noire, retirant mon haut pour laisser apparaitre le corset noir que je portais toujours, j’enfilai juste un petit gilet sans manches rouge que je laissai ouvert. Une paire de talon rouge plus tard, je me dirigea vers le dit bureau, sac en cuir marron et en bandoulière sur l’épaule, je tressais mes longs cheveux en une natte grossière la nouant avec un ruban rouge, laissant la tresse sur le devant de ma poitrine.
    Frappant et entrant sans réellement demander l’avis du dit professeur, je portais mon masque froid de petite fille gâtée, loin de vouloir être coopérative avec celui-ci. Pourquoi le serai-je ? Il m’avait reniée dès mon arrivée à Poudalrd. La porte dans mon dos se ferma, claquant, imperturbable je restais plantée dans la pièce, bras croisé à attendre que l’homme daigne quitter sa fenêtre pour se retourner et me donner ma sentence. Plus vite l’on aurait débuté, plus vite je serai sortie d’ici.

    Quand enfin l’homme sombre se retourna et posa le regard sur moi, je me retins de déglutir et faisait tout pour garder la tête haute, m’empêchant d’avoir une quel qu’on que expression faciale qui me trahirait. Son regard glaçait mon sang, il était encore plus hautain et froid que ma petite personne. Je me demandais toujours autant ce que j’avais bien pu lui faire pour qu’il soit devenu ainsi, lui qui avait l’âme la plus pure et belle que j’avais pu rencontrer dans ma si courte vie… Lui a qui j’avais offert mon cœur et ma personne. Lui, pour qui j’avais donné ma liberté. Il semblait se demander comment agir avec moi. Et moi j’essayais de chasser les rêves bien trop érotiques que je faisais à son propos. Comment mon esprit et mon corps pouvaient se retrouver attirer par cette version si dégelasse avec moi ? Je ne pouvais répondre à cette question et il fallait que je me concentre, clignant des yeux, je l’écoutais me dire ce que j’aurai à faire. Sans que je ne puisse faire quoi que ce soit je m’étais retrouvée avec une caisse de petites fioles aux nombreuses couleurs dans les bras. Il fit venir à lui ma baguette magique d’un coup de la sienne. Ce qui me fit rager intérieurement. Ce qu’il me demandait était de l’impossible ! Comment pouvait-il autant jubiler de me faire faire ses taches ingrates qui me rabaissaient ? Comment ? Il faisait tout depuis que j’étais arrivée dans cette époque pour me faire comprendre qu’il était meilleur que moi, si bien, que l’irrésistible envie de laisser tomber au sol cette caisse se fit ressentir. Et qu’importe si cela avait des conséquences sur lui et sur moi. Qu’importe si je faisais exploser l’école par ce simple geste. Mais je ne le fis pas, essayant de me contrôler et de contrôler les expressions qui passaient sur mon visage. Sa supposition avait eu le don de m’irriter et de me faire plisser les yeux, lui lançant l’un de mes regards froids et rageur. Lorsqu’il reprit la parole pour me demander ce que j’attendais, je ne pus m’empêcher d’afficher l’un de mes petits sourires sans aucune émotion, c’était plus l’acte de tirer les lèvres et de le provoquer.


    « Je me demandais juste depuis quand tu n’avais pas été astiquer. »

    Et je déposai la caisse le sol, laissant dédaigneusement tomber mon sac au sol. Je ne comptais pas réellement étiqueter ce qu’il y avait dedans. Non, je ne serais pas son esclave d’un soir, juste pour gonfler son égo masculin. Il en était hors de question. Recroisant les bras, ce fut toujours de mon air froid et calculateur que je repris la parole. Mes lèvres sanguines aux parfait dessin qui pouvaient sortir tant de douceur et de rires pouvaient aussi empoissonner l’air. Mais n’avait-il pas commencé en la collant et en la traitant comme une moins que rien ?

    « Peut être que tu as glissé une potion qui te rendrait plus agréable, voyons voir ca. »

    Me penchant, pliant à peine les genoux, je fis remuer les fioles dans la caisse. Il y en avait tellement… dont certaines, je le savais il m’était impossible a identifié… enfin, beaucoup d’entre elles se ressemblaient si bien que je me demandais s’il n’avait pas glissé plusieurs fois la même potion et le même philtre. Ma fierté et mon égo prenaient un sacré coup. Je me rendais compte qu’il avait réellement mit des potions qui dépassaient mes compétences, si bien que lorsque je me relevais avec l’une d’entre elle dans les mains, j’étais sure de son effet. Une petite fiole explosive.

    « Non, a priori devenir agréable n’a pas encore été inventé. Peut être devrais-tu te lancer dans cette tache. Quand tu auras réussis fais moi signe parce qu’il est hors de question que je te serve d’esclave et que je range ca ! »

    Avais-je répondu en pointant du doigt la caisse. Mon regard était directe, je resterai sur ma position et qu’importe ce qu’il me ferait subir, je ne serai pas sa femme de ménage, si c’était ce qu’il voulait il aurait du me le demander plus tôt et je me serai arrangée pour venir en petite tenue. Mais ca, c’était non seulement en dehors de mon niveau mais aussi de mon époque. Maintenant, les choses étaient plus claires dans mon esprit. Serrant la petite fiole entre mes mains aux doigts si doux et fins, je comprenais que Severus, ces dernières années s’était juste attelé à la réaction de potion et à la reproduction de celle-ci. Le regard que je déposa sur le professeur était plein de dégout pour lui. Un dégout qui heureusement pour moi camouflait toute l’attirance que je pouvais ressentir pour le brun. Lorsque je rouvris la bouche ce fut comme pour continuer à couler mon venin en disant ce que je pensais réellement de lui.

    « Tombé tellement bas en étant professeur à Poudlard. Je peux comprendre pourquoi je ne suis plus avec toi. Je me demande même comment elle a pu te supporter durant tout ce temps. »

    Elle. Sa propre fille. Voila que j’avais compris comment attaquer le professeur et le pousser à bout. Si j’agissais ainsi c’était pour qu’il me renvoie de cette retenue et que j’aille la passer en compagnie du concierge de l’école.

    « Rends la moi. »
    ordonnais-je en tendant la main vers le Severus de 1993. Je parlais de ma baguette bien évidement. De quoi d’autre ?


Spoiler:
 

_________________
♪ Aliera Bizard ♫
«Everyone has already imagined myself naked for once!»


Parfois, sous la magie, se cache l'amour.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Retenue intense - Aliera   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retenue intense - Aliera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maraudeurs en Folie! :: Poudlard :: 5e étage :: Bureau des Professeurs-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit